Menu Fermer

Job@Park N°1 – Antoine Baldinger : opérateur et chef d’équipe à Rulantica

Bonjour! Nous sommes heureux de vous présenter le premier article de notre série d’interviews « Job@Park » qui vous permet d’en apprendre plus sur les professions que l’on peut trouver à Europa-Park et ses filiales. Pour cette première interview Antoine a bien voulu répondre à nos questions, alors sans en dire plus je vous laisse en apprendre plus sur lui, et sa passion pour son métier!


Pourrais-tu tout d’abord te présenter?

Salut EPForum ! Et tout d’abord, merci pour l’invitation !

Je m’appelle Antoine BALDINGER, j’ai 25 ans et je suis originaire d’Alsace Bossue. J’habite avec mon chat tout proche de Strasbourg depuis maintenant 6 ans. Accro à Pokémon, Super Mario et The Legend of Zelda, il y a de forte chance que je sois (encore) sur ma Switch pendant que vous lisez cet article !

Sinon j’adore les jeux de société, les escapes game et, bien évidemment, les parcs d’attractions. Parkfan dans l’âme, mon petit cœur bat pour Europa-Park depuis que je suis tout petit. J’y ai d’ailleurs fait de superbes rencontres auprès des fans, qui sont maintenant devenus mes meilleurs amis (avec qui je fais maintenant mes soirées  jeux d’ailleurs). Parmi ces amis, vous connaissez sûrement Arnaud, avec qui je fais des vidéos sur Europa-Park (mais pas que) sur sa chaîne Youtube « Europa-Park Forever ». On y parle de tout et de rien, vous partageant nos moments au parc, le tout de façon légère et toujours dans la bonne humeur !

Quel métier fais-tu, en quoi consiste-il?

Je suis « Teamleiter Operator » à Rulantica. Mon job consiste à organiser et coordonner la journée de travail d’une équipe d’une vingtaine d’opérateurs. Les opérateurs sont toutes les personnes que vous croiserez au sein même du complexe, proches des entrées et/ou sorties de toboggans ou autour des bassins (à ne pas confondre avec les maîtres nageurs évidemment). Je fais aussi office d’intermédiaire entre l’administration, ma manageuse d’équipe et mon équipe. Je m’occupe aussi d’une partie de la formation, l’intégration des nouveaux arrivants, du suivi de ceux-ci dans l’équipe en faisant régulièrement des entretiens individuels avec eux et s’assurer que tout va bien. Il m’arrive également d’entrer dans les rotations et d’occuper une position aux attractions et bassins.

Bref, il faut être partout à la fois et surtout très polyvalent !

Depuis combien de temps exerces-tu celui-ci?

J’ai commencé à Rulantica bien avant que le parc n’ouvre officiellement, le 23 Octobre 2019 pour être très précis ! Et oui, bientôt un an, déjà ! J’ai d’abord commencé en tant qu’opérateur. À mon retour au parc post-confinement, j’ai eu la chance d’avoir l’opportunité d’évoluer en tant que teamleiter et ce, dès fin-juillet.

Quelles études as tu faites, sont-elles nécessaires pour le métier que tu exerces?

Avec mon baccalauréat scientifique en poche, j’ai fait des études dans le management. J’ai d’abord entamé un BTS Management des Unités Commerciales en alternance dans une grande surface. Pendant deux ans, j’ai appris à travailler en équipe et tout ce que cela englobe. Mon BAC+2 en poche, j’ai voulu arrondir mon chiffre à un BAC+3 et j’ai donc intégré un Bachelor Responsable Manager de la Distribution (la suite directe de mon BTS), et ce, toujours en alternance dans la même grande surface. Cette troisième année m’a permis de découvrir directement le poste de manager et cette fois, de comment superviser une équipe.

Enfin, j’ai intégré un Master Marketing et Commercial, histoire d’avoir la « sainte trinité » du monde du commerce dans mes bagages à savoir le management, le commerce et le marketing. Je l’ai fait en alternance dans une petite société familiale spécialisée dans la volaille alsacienne. Malheureusement, même si j’ai appris énormément de choses, notamment sur le marketing, je n’ai pas réussi à passer ma première année (il faut dire que l’aspect « commerce » ne me correspondait pas trop). J’ai pu tout de même continué à travailler pour cette petite entreprise et ce, jusqu’à mon embauche à Rulantica.

En tant qu’opérateur, mon cursus scolaire en tant que tel n’est pas nécessaire. Il faut avant tout savoir être polyvalent et autonome, et évidemment bon en langues (ça reste le domaine du tourisme). En tant que teamleiter, même si cela ne reste encore une fois pas nécessaire, mes connaissances dans le management m’a grandement aidé lorsque l’administration a du choisir un profil pour ce poste (qui n’existait pas lorsque le parc à ouvert mais qui a été créé avec le temps).

Quelle est ta journée type de travail?

À vrai dire, c’est très difficile de sortir une journée « type » tellement les jours se suivent mais ne se ressemblent absolument pas !

En tant qu’opérateur, tu peux, ou commencer à 6h30 (et finir à 16h), ou commencer à 13h30 (et finir à 23h).

Si l’équipe est du matin, on se retrouve tous à 6h30 pour une rapide réunion sur les tâches à accomplir avant l’ouverture du complexe à 9h. Il s’agit là de parler du nettoyage du matin, de la première désinfection des chaises-longues et transats, de la préparation de Frigg Tempel (notre zone extérieure) quant à l’ouverture ou non des parasols en fonction de la météo transmise par Europa-Park, mais également de décider qui va tester les attractions !

Quand le travail est partagé, je dois rester disponible pour aider tous les groupes si besoin est, ou si des problèmes inattendues venaient à arriver. Dans le même temps, j’ai ma première réunion au bureau avec ma manageuse, le manageur des maîtres nageurs ainsi que du teamleiter des maîtres nageurs. Il s’agit de faire un point sur la deuxième partie de journée de la veille grâce aux informations données par l’équipe travaillant la veille. On fait également un point sur le nombre d’entrées réservées pour le jour, ainsi que nos loges VIP ou encore nos confort-sofas.

Avant l’ouverture, dernier rassemblement avec l’équipe pour partager les différentes positions à travers Rulantica mais également pour leur donner quelques informations sur la journée (s’il y en a). Puis, à 9h, le parc ouvre pour nos premiers visiteurs venant des hôtels ! Je reste encore une fois disponible toute la journée pour mon équipe.

Vers 13h, j’ai une réunion avec le teamleiter de l’équipe travaillant le soir. On parlera ici de comment s’est passée la matinée et de ce qu’il y a de prévu pour le soir. À côté, les trois teamleiters, nous travaillons également en collaboration avec l’administration et nos supérieurs, à toujours améliorer l’organisation au sein de nos équipes respectives : le parc a à peine un an, il y a encore beaucoup de chose à perfectionner et nous y travaillons activement !

Puis, à 16h, c’est fin de journée !

Si l’équipe est du soir, je commence à 13h pour la réunion avec le teamleiter puis avec ma manageuse. A 13h30, je rejoins toute l’équipe pour les informations du jour et le partage de nos positions. Comme toujours, et ce jusqu’à 22h, je reste à la disposition de mon équipe. A 22h, lorsque le parc ferme, j’organise l’équipe pour la dernière heure de fermeture jusqu’à 23h (principalement du rangement et du nettoyage). Enfin, à 23h : extinction des lumières et journée terminée !

Encore une fois, il se passe PLEIN de choses entre tout ça. Je ne parle pas des entretiens avec les membres de l’équipe, des petits soucis avec les visiteurs (s’il y en a)… mais impossible de tous les énumérer ! Mais je pense que tout cela donne un bon aperçu de tout ce qu’on fait en une journée !

Quels sont les aspects que tu préfères dans ta profession?

J’aime énormément de choses dans mon métier mais la première serait notre cohésion de groupe. J’ai une équipe géniale, sur qui on peut compter et surtout, avec qui on peut dialoguer facilement pour toujours modifier notre façon de travailler et de nous perfectionner (c’est tout un parc qu’on a du ouvrir, ce n’est pas rien !). Il y a des hauts et bas comme dans chaque entreprise mais je sais qu’on peut compter les uns sur les autres si jamais on a des soucis.

J’apprécie également le contact avec les visiteurs et j‘ai toujours les mêmes frissons quand une famille entre pour la première fois dans le complexe avec un grand « Whoua ! ». À l’inverse d’Europa-Park, nous côtoyons moins de monde durant notre journée, ce qui nous amène finalement à croiser toujours les mêmes personnes. Du coup, on a une certaine proximité avec les visiteurs que tu n’as nulle part ailleurs qu’à Rulantica !

Enfin, plus personnellement, je dois être parmi les derniers à partir le soir car j’effectue toujours une dernière ronde dans le parc pour vérifier que tout est en ordre avant d’éteindre les lumières. Ce petit moment là, où je suis bien souvent tout seul, je le savoure vraiment. C’est comme si j’avais (un tout petit peu) le parc pour moi.  Plus de musique, plus de bruit, plus d’eau qui coule… C’est assez impressionnant la première fois ! Et quand j’éteins les lumières, c’est presque comme si j’éteignais mon propre chez-moi.

Quels sont ceux que tu aimes le moins?

Très difficile comme question, quand on aime tellement son travail !

Je dirais l’attitude parfois agressive que peuvent prendre les visiteurs quand on doit les reprendre à l’ordre. Rulantica reste une piscine et les toboggans des équipements sportifs, on doit instaurer des règles de sécurité pour nos visiteurs qui se montrent parfois hostiles, estimant que le prix de leur entrée justifie le fait qu’ils aient le droit de faire ce qu’ils veulent.

C’est parfois un challenge de leur faire entendre raison et que c’est avant tout pour leur sécurité qu’on leur rappelle les règles…

Il y a mille et une façons de s’amuser à Rulantica en toute sécurité, pas la peine d’essayer de se mettre en danger !

D’après toi quelles sont les qualités requises pour exercer ton métier?

Selon moi, ça tient en 6 points essentiels :

  • Polyvalence
  • Adaptabilité
  • Organisé
  • Patient
  • Polyglotte

Et surtout :

  • Humain

En tant qu’employé français comment appréhendes-tu l’allemand sur ton lieu de travail, est-ce une vraie barrière, est-elle simple à surmonter?

Quand on veut travailler à Europa-Park, on fait bien souvent de la langue allemande la « bête noire ». Alors, c’est un fait, il faut savoir parler la langue du pays dans lequel tu souhaites travailler, ce n’est un secret pour personne. Il faut effectivement une base d’allemand convenable mais le plus gros (et le plus technique) se fait surtout directement sur le lieu de travail.

J’avais une bonne base quand je suis arrivé à Rulantica mais, je dois avouer, que je ne n’avais aucune base quant au vocabulaire technique allemand du milieu aquatique ! Tout cela s’apprend « sur le tas » !

Quand on veut vraiment travailler dans un pays étranger, la langue ne doit pas être une barrière pour vous mais un apprentissage et surtout une motivation supplémentaire. Sinon, c’est que vous vous êtes trompé de vocation !

Rulantica ayant ouvert il y a moins d’un an, j’imagine que durant ses premiers mois de fonctionnement vous avez dû beaucoup en apprendre et cela petit à petit des « réelles » tâches de ton métier?

On est passé par énormément d’étapes avant l’ouverture ! C’était un vrai marathon !

Tous les opérateurs ont d’abord reçu toutes les formations possibles et imaginables quant aux premiers secours, premiers secours aquatique, pompiers, évacuation… C’était sportif mais nécessaire (et cela forgeait déjà l’esprit d’équipe, comme une grande colonie !). Ensuite, il aura fallu apprendre comment gérer une attraction aquatique : les risques, les bons gestes à avoir, son fonctionnement… Et aussi les tester ! Les premiers testeurs, c’était nous ! On a eu de supers échanges avec les constructeurs directement (notamment ProSlide) qui nous ont permis de mieux connaître nos machines.

Enfin, durant tout ce temps, on nous a inculqué les valeurs, principes et méthodes de travail d’Europa-Park, pour que la qualité soit la même entre les deux parcs.

Et pour finir, tester toutes les équipes (opérateurs, maitres nageurs, gastronomie, accueil, …) avec de vrais visiteurs et de réelles situations !

L’air de rien, c’était court et intense, mais ça fait clairement partie de mes meilleurs souvenirs jusqu’à là !

D’un point de vue personnel et professionnel, que souhaites-tu voir pour le futur de Rulantica?

Je vais répondre au « personnel » et « professionnel » en même temps. J’attends de surtout continuer à voyager, aussi bien quand je viens en visiteur que lorsqu’on y travaille. Ce souci du détail dans les décors, à tel point que je découvre encore des choses actuellement, est clairement la force de Rulantica. Ce n’est pas simplement « une piscine avec toboggans », c’est tout un univers, une ambiance, qui rend ce parc d’attractions aquatiques si spécial. Evidemment, on attend toujours plus d’expériences et de sensations et je pense qu’on est bien parti avec Svalgurok !

Et même si on grandit de jour en jour, j’espère garder cette cohésion d’équipe. Et si je me permets un peu de publicité pour finir : à toi qui lis cet article, si j’ai réussi à te convaincre de tenter ta chance à Rulantica, il y a encore de la place dans nos rangs ! Alors n’hésite-pas !


Merci beaucoup à Antoine d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et d’avoir partagé son quotidien et sa passion de son métier!

À la semaine prochaine pour le prochain interview de Job@Park!

3 Comments

  1. Thibaut

    Génial ce nouveau concept ! J’espère voir ça souvent, ça permet de savoir un peu l’envers du décor, la beauté et la polyvalence du métier.
    Merci à SaturneV et Antoine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.